Mehdi SHOHRATI                                                                MANIFESTE 
                                                                                                                  
           Quand la Science prend position!                         COMMUNISME                                      Philosophie Scientifique
                     ACCUEIL      Les Infos Journalière  L'Hommage  En Persant       
   Sommaire
 
   Quel est le but?
   A propos du site
       Manifeste
           du
    Communisme
   La Dialectique
   La Science
   La Philosophie
  La Démocratie et les communistes
   La Démocratie
           ?

    M.C et M.P.C
           APE
 Fitichisme de Marchan..
      La Solidarité
   Crise Quelle Charme
 

                                  LA LOI DE L’UNION ET L’EXISTENCE  

                                         DES POLARITES

 

     Ce sont des règles, lois ou données qui ont les caractéristiques suivantes : 

          -  elles sont à la fois les unes en face des autres et les unes    à l’intérieur des autres.

          -   elles ne sont pas des contraires comme on les a nommées à tort, parce qu’elles sont dépendantes les unes des autres.

          -  elles n’ont pas de sens de séparation et n’existent pas les unes sans les autres.

          -  Les polarités sont uniques c’est-à-dire qu’elles créent un seul corps et  sont unies.

          -    Chaque face de la polarité est en même temps dépendante et indépendante de l’autre.

          -    elles ont une relation dialectique entre elles.

          -   Sans polarité, il n’y a pas d’existence.

          -  elles créent l’équilibre et le mouvement à l’intérieur d’un phénomène, d’un matériel et aussi à l’intérieur de leurs relations dans l’espace temps.

          -  Ce sont des données philosophiques. Il n’existe aucun phénomène, élément ou relation sans les polarités.

          -   Dans des situations particulières, l’une devient l’autre et réciproquement.

          -   Les polarités sont des données vitales de l’existence.

          -  elles sont de deux sortes :

          - Les polarités absolues (ne connaissent ni temps, ni espace) et sont dans tout les éléments ou phénomènes de l’existence sans exception.

          - Les polarités historiques (connaissent le temps et l’espace).

     Elles viennent ou apparaissent et partent ou disparaissent à un autre moment et lieu. Ces polarités dépendent toujours de leur phénomène. C’est à dire le phénomène qui crée la polarité.                               

     Quelques exemples de polarités :

     absolu et relatif                                                   

     abstrait et concret

     aller et retour                         

     aimer et détester                                      

     allumer et éteindre                    

     animal et végétal                        

     amour et haine                                                    

     ami et ennemi

     action et réaction                         

     avancer et reculer                               

     apparaître et disparaître                                

     apporter et emporter

     arrivée et départ                          

     acheter et vendre

     apparence et essence                                      

     bonheur et malheur                           

     beaucoup et peu                         

     blanc et noir                                                    

     belle ou joli et moche                                                

     bruit et silence

     bien et mal                                                            

     bas et haut                                   

     content et triste                                                 

     chaude et froide                                                     

     contenu et forme

     court et long                                  

     construire et détruire                        

     contre et pour                                                             

     cause et effet

     commencer et finir                       

     centraliser et décentraliser              

     complexe et simple                                          

     capable et incapable

     comique et tragique                                      

     courageux et peureux                       

     calme et fougueux                        

     clair et obscur                                     

     connu et inconnu                                               

     caduc et persistant   

     campagne et ville                                           

     colossal et minuscule

     connaissance et ignorance              

     développement et croissance       

     dominante et dominer

     étroit et large           

     enfer et paradis                            

     est et ouest

     expirer et inspirer                        

     enlever et mettre                              

     élever et abaisser                                         

     essence et phénomène

     égalité et inégalité                       

     économiser et gaspiller                   

     extérieur et intérieur                                   

     existence et inexistence

     ensemble et séparé ou seul

     épais et fine                                      

     exploiteur et exploité       

     fermer et ouvrir   

     fatiguer et reposer                          

     faux et vrai              

     femelle et male                        

     futur et passé                                

     fini et infini                                                            

     fragile et résistant

     finir et commencer        

     grande et petit             

     gros et mince       

     général et individuel ou particulier 

     gagner et perdre                           

     guerre et paix

     géant et minuscule                                    

     gauche et droit

     gentille et méchant                      

     heureuse et malheureuse               

     historique et logique                                         

     imaginaire et réalité

     historique et absolu    

     hiver et été          

     injustice et justice            

     impoli et poli                                            

     individualiser et socialiser

     immobile et mobile                       

     imprudent et prudent                        

     irrégulier et réguler

     inoffensif et offensif                     

     indépendance et dépendance         

     inutile et utile

     invisible et visible                         

     lent et rapide                                    

     lourde et léger                                                      

     liberté et nécessité

     libre et prisonnier                         

     minorité et majorité                     

     mouiller ou humide et sec           

     malade et saine                             

     mutation et évolution

     mourir et naître                            

     monter et descendre                        

     majuscule et minuscule                                

     matériel et immatériel

     mensonge et vérité    

     macro et micro     

     matière et antimatière                                  

     non et oui                                                  

     nécessité et contingence 

     nord et sud                                   

     naturelle et artificiel                         

     nuit et jour                                                               

     offre et demande

     oser et timide                            

     objectif et subjectif                           

     ouvrier et patron                                          

     oppresseur et opprimer

     travailleur et bourgeois             

     plein et vide                                       

     propre et salle                                                    

     possibilité et réalité

     pousser et tirer                          

     pauvre et riche                                   

     prédateur et proie                                     

     partie et tout ou système

     pour et contre                            

     positif ou affirmatif et négatif           

     quantité et qualité                                             

     réponse et question

     réalisme et surréalisme            

     rire et pleurer                                       

     résolution et problème                                         

     réveiller et dormir

     ultra rouge et ultra violet           

     rugueux ou granuleux et lisse           

     stable et mobile                                  

     séparation et décomposition

     sur et sous                                  

     saler et sucrer                                   

     simple et compliquer                                   

     sauvage et domestique   

     satisfait et insatisfait           

     tête et pied             

     vie et nourriture

     théorie et pratique                                                                         

     technique et art

     varier et fixe

     pile et face                                                             

    devant et derrière

     matière et mouvement  et espace et  temps

     Certaines de ces polarités méritent quelques explications :

     Mutation et évolution

          Mutation c’est-à-dire développement et séparation

          Evolution c’est-à-dire croissance et décomposition

               Pour développement on utilise des mots comme :

     grand, accumulation, plus, augmentation, ajouter, ascension, échelle, classer, changer…

               Pour la séparation on utilise les mots comme :

     détacher, déchirer, rompre, disparaître, distribuer, partager, dérèglement, déviance, corrompre, dissociation, ségrégation, destruction, mort…

               Pour croissance on utilise les mots comme :

     Déploiement, étendre, dimension, volume, épaisseur, entortiller…

               Pour décomposition on utilise les mots comme :

     absorber, analyser, mélanger, composer, dépraver, dénaturer, déclin, dégénérescence, ravaler, dégrader, …

     Développement et séparation sont des données quantitatives

     Croissance et décomposition sont des données qualitatives

     Développement et séparation sont des données techniques

     Croissance et décomposition sont art.

     Développement et croissance, séparation et décomposition sont des données philosophiques et utilisent les règles des polarités.

     Développement et séparation sans croissance et décomposition n’ont pas de sens. Ils sont   unis et sont les dialectiques de la nature. Ils ne connaissent ni temps, ni espace c’est-à-dire qu’ils sont absolus. Mais rien ne se développe ni ne se sépare absolument, de même rien ne croît  ni ne se décompose absolument. Ces quatre mots sont la base des mouvements de l’existence. 

     Liberté et nécessité

     Liberté=choix, droit, possibilité et nécessité=obligatoire, inévitable, forcé .

     La liberté est la connaissance scientifique de la  nécessité. C’est la logique de la nécessité

     La nécessité n’est aveugle que dans la mesure où elle n’est pas comprise ou mal comprise. C’est la science ( les règle, lois et donnés).

     Technique et art

     Ces polarités ne concernent que les êtres humains.

     La technique est constituée d’éléments physiques ou matériels qui créent l’art.

     L’art c’est le côté immatériel de la technique qui fait ressortir : forme, beauté, dimension, volume, finesse, ordre, croissance, lumière, abstraction, qualité, évolution, décomposition, propreté, amour, malheur et rêve.

     Aimer, c’est technique et l’amour  c’est l’art. 

     Commencement et  fin

     Pour l’existence commencement et  fin n’a pas de sens (pour les êtres humains se sont des éléments de mesure). Ce qui est important pour l’existence ou pour les phénomènes et leurs relations c’est la mutation et l’évolution. En d’autre terme dans chaque commencement il y a une fin et dans chaque fin il y a un commencement ou on peut dire dans chaque vie  il y a la mort et dans chaque mort il y a la vie. C’est la même chose, pour la croissance et le développement il y a séparation et décomposition et vice versa. On peut pour n’importe quel phénomène considérer une fin ou un commencement mais pour l’existence c’est la mutation et l’évolution. Les êtres humains sont libres de penser ce qu’ils veulent mais pour l’existence les règles, lois et données de la nature fonctionnent de manière automatique.           

     La nécessite et la contingence

     -    La contingence (coïncidence, accident, incident).

     -    La nécessité, c’est ce qui doit obligatoirement se produire ou se faire. C’est l’essence et la cause (les règles, lois et données) des phénomènes, des éléments ou des relations.

     En d’autres termes, la nécessité crée  ou produit une contingence.

     Mais contingence n’est pas forcément obligatoire ou automatique pour le phénomène lui-même. Dans une situation précise il peut se produire ou pas. Cette contingence ne fonctionne pas sans règles, lois et données. Chaque phénomène, élément ou relation a son propre processus historique et logique (dialectique). C’est son fonctionnement logique ou dit normal.

     Les phénomènes, éléments ou relations, en se rencontrant (coïncidence, accident ou incident) créent d’autres phénomènes, éléments ou relations et ceux-ci fonctionnent avec les règles, lois et donnés des contraires de la philosophie (voir les contraires). Et si on connaît cette dialectique (règles, lois et données) de chaque phénomène, élément ou relation, on peut prédire la contingence. 

     Pour n’importe quelle contingence, il faut des règles, lois et données et cette dialectique n’est que la nécessité.

     Le hasard, la chance et le destin sont des termes ou éléments métaphysiques  qui n’ont pas de règles, lois et données scientifiques et qui n’existent que dans le cerveau humain.

     Dans certains cas, du fait de la participation de plus en plus importante des phénomènes, éléments ou relations, chacun jouant son rôle, une ou des contingences se produisent et parfois manquent de connaissance de certaines règles, lois et données, par conséquent on n’arrive pas à prédire ou préciser exactement la ou les éventuelles contingences (coïncidence, accident ou incident).

     La connaissance est un aspect opposé à la compréhension de contingence de telle sorte que chaque fois que la connaissance augmente, elle a moins d’impact sur nous. Par contre, si nous avons moins de connaissance scientifique, elle en a plus.

     Contingence, c’est la conséquence des nécessités.         

     Essence et phénomène

     L’essence c’est des règles, des lois, des données ou des méthodes.

     Le phénomène c’est ce qui est crée par l’essence.  

     Forme et contenu

     Le contenu c’est l’essence de la forme qui est elle-même  crée par son contenu (phénomène).  

     Possibilité et réalité

     La réalité c’est l’ensemble des possibilités qui surviennent.  

     Absolu et relatif

     L’absolu c’est ce qui est complet, indépendant (qui n’est pas relatif), entier.

     Ce qui est relatif est dépendant, incomplet, peu.  

     Historique et logique

     Chaque événement ou phénomène a des périodes ou étapes historiques
     Ces évènements sont issus de règles, lois, données ou méthodes appelées logiques.

     Chaque histoire a sa propre logique et chaque logique a son histoire.  

     Matériel et immatériel

     Le matériel c’est l’ensemble de l’existence (essence) d’un organisme.

     Ce sont des règles, lois ou données qui constituent un organisme.

     L’immatériel c’est le reflet du matériel. C’est la connaissance, l’abstrait, l’art. L’immatériel n’a aucune relation avec le métaphysique parce ce qu’on ne peut pas séparer l’immatériel du matériel.  

     Historique et absolu

     L’historique connaît le temps et l’espace.

     L’absolu ne connaît ni temps ni espace.  

     Concret et abstrait

     Le concret est une phénomène qui est clair, précis, touchable.

     L’abstrait est une phénomène qui est  immatériel, intouchable. comme l’amour…               

     Matière, mouvement, espace et temps

     Ce sont les quatre éléments de l’existence en dehors de notre cerveau.

     La matière (règle, lois et donné) est à la fois un phénomène, un objet, un élément ou une chose (abstrait ou concret). La matière est quelque chose en mouvement dans un espace temps.

     Le mouvement est une matière dans l’espace temps.

     L’espace est une matière en mouvement dans le temps.

     Le temps c’est le mouvement de la matière dans l’espace.              

     Quantité et qualité

     La quantité c’est la mesure, la dimension, l’étendue, l’accumulation (poids, litre, vitesse, température, temps).

     La qualité c’est l’ensemble des éléments qui constituent un phénomène ou un objet, ce qu’il est. La qualité est l’apparence de quantité. La qualité est l’art ou forme de quantité.

     La différent niveau de la quantité donne la qualité différent.               

     Mort et vie

     La mort est autant importante pour la vie que la vie pour la mort non seulement pour l’homme mais aussi pour tous les êtres vivants.  

     Exploiteurs et exploité

     Ou riche et pauvre ou opprimé et oppresseur ou travailleur et bourgeois. L’un dépend de l’autre. S’il n’y a pas d’exploité, il n’y a pas d’exploiteur non plus et vice versa. Et s’il y a des exploités, il y a sûrement des exploiteurs. Si ce n’est pas le cas, on les créera très vite. C'est-à-dire que si l’on détruit ou assassine tout les exploiteurs mais pas les exploités, les exploités créeront les exploiteurs et vice versa. Pour détruire les exploiteurs et les exploités il faut détruire l’élément ou phénomène qui a créé cette polarité. On ne peut pas détruire les riches ou les pauvres pour garder l’un ou l’autre. De plus tant que le phénomène existe les riches et les pauvres existeront. Le phénomène qui crée les exploités et les exploiteurs ou les riches et les pauvres ou les oppresseurs et les opprimés… est l’ESTESMAR (voir son explication). Pour détruire les classes sociales il faut détruire l’ESTESMAR. S’il n’y a pas d’ESTESMAR alors il n’y a pas non plus ses polarité. Même si l’on détruit les riches et les pauvres cela ne marchera pas car son phénomène créera encore les riches et les pauvres. Si quelque fois dans la société les riches ou les exploiteurs ou les patrons assassinent les travailleurs ou les exploités, c’est parce qu’ils sont un élément dans leurs intérêts. Ils savent parfaitement qu’ils ont besoin des pauvres car ils mouront également et vice versa. Les riches ne détruisent jamais la classe ouvrière ou pauvre et vice versa.  

     Nouveaux et ancien

     Tous les éléments ou certains ne vont pas de l’ancien vers le nouveau ou l’inverse. Le nouveau est à l’intérieur de l’ancien et vice versa. Ils dépendent toujours de leur phénomène.  

     Certaines polarités n’ont de sens que pour l’homme. Elles servent à préciser et connaître certains phénomènes et certaines mesures. En voici quelques exemples :

          Bien et mal, bonheur et malheur, laideur et beauté, propreté et saleté, nouveau et ancien…

          Certaines d’entre elles sont propres à la société humaine et fonctionnent automatiquement sans la volonté humaine comme riche et pauvre, bourgeois et ouvrier, château et bidonville, privé et public, guerre et  paix, étranger et autochtone, argent -propriété -échange et métaphysique…


 

                         Vive l'Entraide, la Solidarité, la Cooperation
                                 Vive la Commune 
                                                         mehdi.shohrati@manifesteducommunisme.com