Mehdi SHOHRATI                                                                MANIFESTE 
                                                                                                                  
           Quand la Science prend position!                         COMMUNISME                                      Philosophie Scientifique
                     ACCUEIL      Les Infos Journalière  L'Hommage  En Persant       
   Sommaire
 
   Quel est le but?
   A propos du site
       Manifeste
           du
    Communisme
   La Dialectique
   La Science
   La Philosophie
  La Démocratie et les communistes
   La Démocratie
           ?

    M.C et M.P.C
           APE
 Fitichisme de Marchan..
      La Solidarité
   Crise Quelle Charme
 

                                     DROIT INNE

 

     Le droit inné est un ensemble de droits et besoins naturels.

     Sans ce droit  l’organisme vivant n’existerait pas que ce soit sur une courte ou longue période.

     Le droit inné fonctionne de manière  automatique et en dehors de la volonté humaine et l’évaluation par l’argent et la propriété n’est pas compréhensive.

     Ici, le droit n’est pas le droit juridique ni celui que l’on peut donner ou prendre. Ce n’est pas le droit qui sort du cerveau humain, on ne peut fabriquer des droits, créer des lois ou des règles, des articles pour lui .Ce n’est pas non plus le droit qu’on peut défendre, refuser, condamner, priver, vendre ou acheter.

     Le droit ici, c’est l’existence d’un organisme vivant.

     L’inné ici, ce sont les règles et lois et données qui fonctionnent  automatiquement hors de la pensée humaine. C’est la dialectique de la nature. Le droit inné, c’est l’organisme lui même. Un organisme vient au monde avec et pour ce droit inné et cela jusqu'à la fin de sa vie et sans cela il n’y a pas d’existence. En d’autre terme, c’est le droit inné qui décide pour l’organisme et non pas l’inverse, simplement l’organisme agit par droit inné. Pour l’existence, l’homme est un ensemble de cellules qui ont des relations précises entre elles et à chaque moment les cellules meurent, certaines  ont une vie plus longues, et d’autres cellules naissent.

     Le droit inné comprend :

          -Les nourritures : l’eau, les végétaux, les animaux et l’air.

          -Déjection : le corps rejette les éléments qu’il n’utilise pas.

          -Le sommeil et le repos.

          -Le jeu : ce sont des mouvements physiques et moraux  pour la croissance, le développement et pour la connaissance.

          -La propreté.

          -Avoir de l’espace, du travail, la santé, l’amour et surtout faire l’amour.

          -Chaque organisme vivant se trompe et a le droit à l’erreur.

          -Chaque organisme vivant est indépendant et a le droit à l’indépendance.

          -Chaque organisme vivant a besoin d’un environnement adapté.

          -Chaque organisme vivant a le droit à la diversité.

          -Tous les organismes vivant sur terre dépendent directement ou indirectement les un des autres et ils existent entre eux une relation dialectique.

          -Chaque organisme vivant atteint la connaissance et a droit à la connaissance.

          -Chaque organisme vivant a droit à la terre : c’est-à-dire qu’il a le droit d’aller et de vivre n’importe où sur  Terre.

     Chaque organe ou organisme restant immobile ne vit pas assez longtemps et meurt. Si l’on n’utilise pas un membre du corps, celui-ci s’affaiblit puis tombe malade cela se propage aux autres membres, et enfin il meurt.

     Chaque organisme vivant  peut manger, boire, respirer, éjecter, faire l’amour… plus ou moins suivant ce que son organisme lui demande. L’organisme fonctionne de manière dialectique. Toutes les exagérations de la dialectique du corps posent des problèmes aux organes, puis à l’organisme.

     L’homme est le seul animal qui a atteint  la connaissance  scientifique. D’ailleurs c’est la seule différence entre l’homme et les autres animaux, c’est surtout sa physionomie qui est adaptée à cette connaissance.

     Comme certains groupes d’animaux, l’homme est sociable et il ne peut subsister longtemps sans la société.

     L ‘homme comme certains animaux a la parole, ainsi que les sens du toucher, de l’odorat, de l’ouïe, du goût et de la vue pour ses droits innées.

     Chaque organisme s’adapte à son environnement, que celui-ci soit naturel ou social : c’est-à-dire que l’homme s’harmonise avec les conditions de sa situation naturelle et sociale.

     Chaque organisme vivant a un genre –mâle ou femelle – qui est pour certain ensemble et pour d’autre séparé.

     Chaque organisme change, par rapport à la nourriture, à l’air, à l’espace, au temps (tous les éléments de droit inné). L’homme change lui aussi, que cela soit sur le plan physique ou moral, pour certains forts et d’autres  faibles. Ces changements se produisent automatiquement. 

     Chaque être humain transpire, c’est une réaction biologique et automatique.

     Il existe une relation dialectique, non seulement entre toutes les cellules du corps humain, mais aussi entre tous les éléments de droit inné, et s’il y a un problème dans un élément cela agit sur tous les autres éléments, par exemple il y a une relation dialectique entre la nourriture et les déjections, entre la nourriture et l’amour et cetera…

     Une bonne nourriture, adaptée et en quantité suffisante,

     Une bonne relation sexuelle, adaptée et en quantité suffisante

     Un bon repos adapté et en quantité suffisante,

     Une bonne déjection, adaptée et suffisante, et cetera… de façon dialectique, sont très importantes pour la santé humain.

     Chaque organisme vivant  croît, se développe, se sépare et se décompose : c’est-à-dire qu’il mute et évolue, ce sont les éléments de droit inné.

     Chez les êtres humains et les animaux, comme lui, le mâle et la femelle sont séparés et l’un ne peut exister sans l’autre. Le mâle est un mâle parce qu’il y a la femelle, et la femelle est une femelle parce qu’il y a le mâle.

     Chez l’homme, les genres sexuels de mâles et de femelles sont séparés biologiquement et physiquement par la nature et chacun avec ses caractéristiques précises. L’homme et la femme ne sont pas simplement ensemble, car ils s’unissent, c’est-à-dire qu’ils ont besoin l’un de l’autre, il y a une solidarité entre eux ainsi que pour l’existence humaine. L’homme et la femme sont des polarités qui utilisent les règles, lois et données de la polarité  philosophique. Ils ne sont pas des contraires, malgré toute l’indépendance qu’ils possèdent l’un et l’autre. L’un sans l’autre est  incompréhensible pour la nature, c’est-à-dire que cela n’a pas de sens. L’homme et la femme, ou mâle et femelle, avec toutes leurs dépendances et indépendances et différences,  sont unis et ils forment la polarité. Cette polarité est nécessaire pour l’existence de cet organisme,  ils ont besoin de faire l’amour. Aucun phénomène quel qu’il soit, ne peut  l’empêcher ou faire barrage, fabriquer des lois ou le mutiler. Il a ses propres règles, lois et données.

     Comme l’eau, l’air et la nourriture, la relation sexuelle est vitale et elle aide au développement et à la croissance humaine, ainsi qu’à la liberté et à la joie.

     Il faut préciser que la diversité dans la relation sexuelle aide au développement et à la croissance humaine (physiquement ou moralement), c’est parce que les êtres humains sont différents. La dépendance d’un homme par rapport à une femme ou d’une femme par rapport à un homme empêche cette croissance et ce développement

     La diversité en amour est importante, essentielle et quelquefois vitale.

     L’homme est l’un des rares animaux qui fait l’amour en dehors de sa période de fécondité, car son système biologique est constitué ainsi.  Certains animaux ne font qu’une fois l’amour pour préserver leur descendance, le mâle et la femelle sont adaptés à cette mesure. Mais l’homme, comme certains animaux, est différent. Le mâle et la femelle humaine doivent faire l’amour plusieurs fois, jusqu’à ce que la descendance soit assurée, mais ils font l’amour aussi en dehors de leur période de fécondité.

     Il est certain que pour en savoir davantage il faudrait consulter la science biologie. Ce phénomène, faire souvent l’amour, est un phénomène biologique. Le besoin sexuel de chaque individu dépend du besoin biologique de son corps, qui varie lui aussi d’un corps à l’autre. Il ne connaît aucune lois et règles, il a ses propres règles, lois et données. L’organe sexuel de l’homme est l’un des organes le mieux développé, complet et fonctionne selon ses propres règles, lois et données.

     Le temps et l’espace, l’eau et l’air, le repos et le sommeil, la santé et la nourriture, la propreté et l’environnement adapté, la relation sexuel, le travail et le jeu sont des éléments pour l’acquisition desquels l’homme utilise ses sens. L’homme existe pour ces droits innés, et ce sont les réactions physiques et biologiques du corps humain qui créent la joie, la liberté, la tranquillité et le bien-être.

     Le cerveau de l’homme fonctionne automatiquement et il n’accepte aucune loi sauf ses propres règles et lois. Le cerveau humain est soumis à la réaction du système biologique du corps humain et aussi à l’environnement, qu’il soit naturel ou social.

     La liberté de penser et le choix sont des éléments résultant de la réaction du cerveau par rapport aux données naturelles internes ou externes, et fonctionne automatiquement.

     La liberté ici signifie que l’homme avec celle-ci arrive à satisfaire ses besoins naturels.

     La liberté d’expression, la liberté de regard, de choix, de penser, d’écoute, de curiosité, de connaissance, de toucher et de sentir et aimer sont liées au droit inné et font même partie de ce droit inné. On ne peut pas fermer les yeux, ni les oreilles, ni le nez, ni empêcher la pensée, ni la langue et ni le toucher, ou les limiter, les interdire, les enchaîner et cetera .Ceux-ci fonctionnent hors de la volonté humain.

     La curiosité est aussi un élément de droit inné. Elle est la connaissance et donne plus de connaissance.

     L’homme, avec toutes ses dépendances à autrui, a fortement besoin d’indépendance. L’indépendance et dépendance est une polarité, aide et agisse sur le développement et la croissance de l’individu et de la société. Indépendance et dépendance font parti du droit inné et fonctionne de façon dialectique. La dépendance et l’indépendance de décision, de choix, de pensée, d ‘action, de parole et de conviction sont impossible sans la réalisation du droit inné.

     L’homme malgré toutes ses ressemblances avec autrui, est différent. La diversité humaine, dans la couleur, l’odeur , les formes , les choix , les pensées et les besoins naturels , dans la production , le travail ,  la nourriture , la relation sexuelle ,l’amour et cetera est l’un des éléments de croissance et de développement humain,  joue un rôle très important . Les hommes n’ont pas besoin d’être simplement différent, mais ils doivent aussi être différents dans tous les domaines, sans quoi il n’y a ni croissance ni développement. Les hommes sont différents par rapport à l’espace, temps, c’est-à-dire que les diverses situations dans l’espace, temps, la biologie et les rapports sociaux, sont différentes.

     La diversité a besoin de la liberté.

     L’homme, en dépit de tous ses développements, fait des erreurs. L’erreur fait parti du droit inné. C’est-à-dire qu’elle est intrinsèque à l’être humain, et qu’elle fonctionne en dehors de la volonté humaine.

     L’homme, malgré tous ses développements, ses possibilités, ses capacités, est limité : les yeux ainsi que le toucher, l’odorat, la pensée, les oreilles, l’équilibre et la société font des erreurs.

     Chaque membre de l’être humain est limité et aussi incomplet.

     Malgré toute sa force, l’homme est très faible, ainsi que la société. Il n’y a rien chez l’homme qui soit absolu, l’homme est un élément historique, c’est-à-dire qu’il connaît le temps et l’espace. Il est sûr que  dans son cerveau, l’homme peut être absolu, l’homme peut imaginer n’importe quoi mais cela ne veut pas dire que ses créations pourraient exister dans la réalité, en dehors du cerveau humain.

     L’erreur humaine a une relation inverse avec la connaissance. Chaque fois que la connaissance humaine de la réalité en dehors du cerveau humain augmente, celui-ci fait de moins en moins d’erreurs, et réciproquement, si nos connaissances sont faibles et diminuent, nous faisons de plus en plus d’erreurs.

     Mais se serait une erreur de penser que l’on peut supprimer complètement les erreurs. L’erreur est un élément de croissance et de développement. L’histoire a prouvé que l’homme est arrivé à ce stade de développement grâce aussi aux erreurs. L’erreur n’est pas la perte. Il est un élément intérieur à l’homme, et la perte vu de l’extérieur et un élément de la société. La perte et le gain sont des données philosophiques, par contre l’erreur est un droit inné. La perte est également  un élément de croissance et de développement.

     On peut supprimer certaines erreurs en utilisant la connaissance scientifique comme barrière, plus on a de connaissances, plus on fait attention et moins on fait d’erreurs, mais on ne peut pas les éliminer complètement. Et puis personne ne peut pas avoir toute la connaissance scientifique.  

     Le manque ou l’absence de droit inné ou d’un de ses éléments durant une période courte ou longue détruit l’homme.

     L’homme seul ne peut pas produire et ne peut pas satisfaire ses besoins matériels et immatériels (moraux). Pour ses besoins innés l’homme a besoins de l’autre.

     Sans son pôle, l’homme ne peut pas exister, que cela soit le mâle ou la femelle, parce que l’un dépend de l’autre. Nul ne peut et n’a pu,  ne pourra interdire ou empêcher un élément de droit inné,  l’enlever, le détruire, ou lui donner des valeurs (l’argent), ou introduire des lois, l’enfermer, l’enchaîner, le mettre en prison, l’entourer de barbelés, lui faire admettre une dépendance, lui fermer les yeux, les oreilles, le nez ou la bouche.

     On ne peut pas enchaîner ou empêcher la connaissance, la limiter, la mettre en prison, l’étouffer, l’entourer de barbelés, le pendre, la bombarder, l’attacher à une dépendance comme l’argent ou le soumettre à des lois .

     Chaque élément de droit inné est en dehors de la volonté humaine  qu’on le veuille ou non.  Le droit inné fonctionne de manière automatique, parce que l’organisme vient au monde pour cela et  sans cela il n’y a pas d’existence.

     Ni la société, ni l’homme individuellement ne sont pas capable de le limiter ni de le détruire. Ceux qui pensent que l’on peut le limiter ou lui faire barrage sans conséquence se trompe. Ils l’ont fait des milliers de fois au cours de l’histoire et le font toujours, ils  n’ont jamais réussi et ne réussiront jamais. Parce qu’il a ses propres règles, lois et données.

     Donc le droit inné constitue :

          Nourriture, déjection, santé,  sommeil, propreté, faire l’amour, travail (ensemble des mouvements ou activités pour satisfaire le droit inné), connaissance scientifique, mutation et évolution, environnement adapté, diversité, dépendance et indépendance, différence, liberté (ensemble des actions pour satisfaire le droit

Inné), penser, voir ou regarder, écouter, toucher, goûter, sentir, marcher, aimer,  détester, pleurer, rire, vivre, mourir, parler, respirer, manger, boire, dormir, coucher ou allonger, s’asseoir, faire des activités sportives, respecter  le choix de l’autre .

     Chaque organisme vivant mute et évolue. On ne peut pas l’empêcher, ni barrer ou l’interdire  et cetera.

     Mutation et évolution ont deux caractéristiques :

          -     Croissance et Développement

          -     Séparation et Décomposition

     Ce sont des données philosophiques, nul ne peut les toucher ni les changer.

     Le droit inné n’est pas le droit qui vient du cerveau humain, mais c’est la réalité en dehors de l’imagination humaine, qui fonctionne automatiquement en dehors du cerveau humain, et il a ses propres règles, lois et données.

     Il faut préciser que :

          -Les yeux sont faits pour voir.

          -Les oreilles sont faites pour entendre.

          -La langue et la bouche sont faites pour parler.

          -Le nez est fait pour sentir.

          -Le cerveau pour penser, réfléchir, avoir  des idées et des opinions.

          -Le toucher est fait pour sentir.

          -Les sexes de l’homme et de la femme sont faits pour faire l’amour.

          -L’anus est fait pour la déjection.

     Chaque élément du corps humain est adapté à quelque chose.

     Personne n’a le droit de créer des lois ou des articles pour lui,  de l’empêcher, de le limiter, de le soumettre à une dépendance, de le mettre en prison, de l’entourer de barbelés, de lui construire des murs et de l’encercler par la police ( dit gardien de la paix ) l’armée , les contrôleurs, les juges ou les avocats ou par des organes administratifs et métaphysiques et l’Etat, ou de le soumettre à l’argent ou à des valeurs ou de le tuer .

     Ces membres sont dévoués au droit inné. Toutes les barrières dites règles, lois, tradition ou culture, par des exploiteurs et exploités, les métaphysiques ou les gouvernements, sont incompréhensibles.

     Il faut ajouter que manger beaucoup ou ne pas manger pendant une période continu, sont des maladies. En réalité, une préoccupation extrême pour n’importe quel élément de droit inné pendant une période assez longue  est une maladie. Ce n’est pas pour rien que l’on dit que le droit inné a des règles, lois et données dialectiques. On dit que ces comportements sont des maladies parce qu’ils barrent ou empêchent le développement et la croissance (historique, logique) humaine, et à court ou à long terme,  il disparaîtra.

 

 

                         Vive l'Entraide, la Solidarité, la Cooperation
                                 Vive la Commune 
                                                         mehdi.shohrati@manifesteducommunisme.com