Mehdi SHOHRATI                                                                MANIFESTE 
                                                                                                                  
           Quand la Science prend position!                         COMMUNISME                                      Philosophie Scientifique
                     ACCUEIL      Les Infos Journalière  L'Hommage  En Persant       
   Sommaire
 
   Quel est le but?
   A propos du site
       Manifeste
           du
    Communisme
   La Dialectique
   La Science
   La Philosophie
  La Démocratie et les communistes
   La Démocratie
           ?

    M.C et M.P.C
           APE
 Fitichisme de Marchan..
      La Solidarité
   Crise Quelle Charme
 

                P H I L O S O P H I E

                               SCIENCE

     La science est un ensemble de règles, de lois, de données et de méthodes qui fonctionne de manière spécifique et qui ne sort pas de notre imagination.

     D'après celle-ci, tout problème a une ou des solutions. Mais s'il n'y a pas de solutions c'est que le problème n'existe pas. Par ailleurs, toute existence ou inexistence a ses propres règles et ses propres lois, de plus, l’inexistence est dans l'existence.

          - L’existence c’est le développement et la  croissance.

          - L’inexistence c’est la décomposition et la séparation.

     De même l’existence est synonyme de mutation et d’évolution et par conséquent l’inexistence aussi.  

     L'existence, c'est l'ordre, le rangement et le classement. Toutefois, même dans le désordre il y a un ordre, un rangement et un classement car chaque désordre a ses propres règles et lois et n'a pas de sens sans ces éléments. 

     La connaissance de la nature c'est la découverte de l'ordre de la nature et en réalité de l'existence. Cet ordre de la nature est constitué de règles, lois et de données  mais aussi la manière de les utiliser.  

     La science c'est l'ensemble de lois, de données et de méthodes qui existent et fonctionnent automatiquement (sans la volonté des hommes) dans la nature, mais aussi dans la société des hommes, en d'autres termes dans l'ensemble des existences. L'homme lutte pour découvrir ces règles, ces lois ou ces données qui ne viennent pas de lui car la science est une réalité qui dépasse sa pensée. La découverte n'est pas par conséquent l'invention, mais c'est le fait de prêter attention à une chose qui existe déjà. Ainsi, à l'aide de différentes méthodes, l'être humain fait des découvertes qu'il range et classifie pour ses besoins. Pour découvrir cette réalité celui-ci a besoin de connaissances historiques et logiques.

     La connaissance scientifique est une donnée sociale propre à l'homme. Une personne ou une société précise est incapable de découvrir tous les secrets de l'existence. Ils peuvent l'être par tous les êtres humains sur terre. 

     La science se découvre avec des styles, des méthodes, des manières précises et aux données déjà existantes, s'ajoutent de nouvelles et cela perpétuellement. 

     Les règles, méthodes ou données scientifiques sont à la fois absolues (c'est-à-dire qu’elles ne connaissent ni temps ni lieu) et historiques (elles connaissent le temps, le lieu ou l’espace). Ainsi, chaque élément  ou phénomène historique, né de ces règles, lois ou données,  apparaît, naît ou vient à un moment ou en un lieu donné et disparaît, meurt ou part à un autre moment ou dans un autre lieu. Tout phénomène a donc une période historique et logique. Dans les lois historiques, si les mêmes conditions sont réunies, un même élément ou phénomène revient.

     La science a son propre langage et sa propre façon de voir l’histoire.   

     Dans l'absolue, il y a des lois historiques et dans l'historique il y a des lois absolues. Les règles, lois ou données, quelles qu'elles soient, sont une réalité qui  ne sort pas de notre tête.

     La connaissance scientifique sans expérience, sans accumulation, sans rangement, sans ordre, sans classification, mais aussi sans examen, le document ou analyse n'a pas de sens.

     La nature ou existence fonctionne de manière dialectique c'est-à-dire des règles, des lois, des données, des méthodes, des  styles.  

     Quelque soit le désordre qui apparaît, si on trouve soit le temps, soit le lieu, soit la matière, soit le mouvement de manière régulier, on peut trouver ces règles, ces lois ou ces données (on peut résoudre ce désordre.).  

     Tout élément qui ne connaît ni temps, ni lieu, ni matière ni mouvement ordonné est incompréhensible pour l'existence. 

     Le monde scientifique est basé sur la pensée historique, logique ainsi que des méthodes réelles, car la science est logique.

     La science est physique et n'a aucune relation avec le métaphysique, en d'autres termes avec l’idéalisme. Quand on dit que la science est physique, cela signifie qu'elle fonctionne avec des règles, des lois, des données, des méthodes ainsi que des examens, des documents et des analyses. Cet ensemble est appelé dialectique.

     La science n'a pas de relation avec le métaphysique ou l’idéalisme parce que cette dernière ne fonctionne pas avec une dialectique. Elle est seule et unique, physique, matérialiste et c'est une donnée philosophique. Elle n'est pas que l'expérience, la classification, le rangement, ce n'est pas non plus que des règles, des lois ou des données. C'est l'ensemble de tous ces éléments. 

     L'homme scientifique c'est celui qui utilise les lois de la science. Mais c'est aussi celui qui a des connaissances scientifiques. On peut dire que c'est un artiste. Les règles, les lois, les données fonctionnent, elles aussi, avec une dialectique puisque pour les trouver, il faut aussi des règles, des lois, des données... etc.

     La logique est égale à la science. La connaissance scientifique ne s'apprend pas obligatoirement à l'école. 

     Chaque science (physique, chimie, mathématiques...) à en plus, des règles, des lois ou des données générales, ses propres règles, lois ou données spécifiques : 

          - chacune d'elles a ses propres méthodes, styles ou recherches

          - chacune d'elles a sa propre histoire et logique 

     Par contre elles utilisent toutes les règles, lois ou données de la philosophie. 

     Les sciences ont des liens entre elles et ces liens ressortent dans la philosophie. Toutes les sciences sont en ordre parce que le désordre ce n'est pas la science. Les règles, lois ou données générales sont celles que l'on retrouve dans n'importe quelle science, elles sont encore appelées dialectiques philosophiques.    Les règles, lois, données ont aussi des liens entre elles qui fonctionnent de manière dialectique.                                                                                                                     

     La science n'est pas technique, la technique utilise la science. La science est un art, c'est-à-dire qu'elle a toutes les caractéristiques de l'art : dimension, volume, figure, forme, finesse, ordre, croissance, évolution, beauté, lumière… 

     La connaissance c'est la science et rien d’autre. 

     La science humaine (celle des relations entre les êtres humains) ou science sociale, comme toutes les autres est ordonnée. 

     La science n'est pas une théorie qui sort de notre cerveau mais c'est l'existence à laquelle l'être humain fait attention (découvre). Les différentes sciences sont les différents aspects de l'existence. 

     Par rapport à la science, la connaissance scientifique s’accroît car la science c’est l’existence. Chaque fois que l'homme fait une découverte, il accroît son développement, sa croissance. 

     La connaissance scientifique a une forme croissante et dialectique. Chaque fois qu'elle est accumulée, rangée, classifiée, cela crée un nouveau résultat et nous aide à avancer plus rapidement. Selon la science philosophique, en d'autres termes, la philosophie matérialiste, le monde ou l'existence (en dehors de notre pensée) peut être connue facilement au moyen de la science. 

     Les gouvernements, ainsi que ses administrations et organismes, n’utilisent pas la pensée logique et les méthodes scientifiques. Pour gouverner, une partie des êtres humains (ignorants, avec peu de connaissances, ou Don Quichotte) décide du sort de l’humanité et de celui de la nature. Non seulement sa structure ne lui permet pas de fonctionner de manière scientifique, mais ses dirigeants ne veulent pas non plus d’un tel fonctionnement. 

     La découverte scientifique est un processus historique et logique. Pour connaître l’existence, il faut ce processus historique et logique car il est impossible d’arriver d’un coup à la connaissance scientifique. Elle est sociale puisqu’une personne seule ne peut y arriver. C’est l’ensemble de l’humanité qui parvient à la connaissance scientifique. Pour l’homme rien n’est impossible, tout ce qui se trouve en dehors de son cerveau peut être résolu. Il suffit de connaître ses règles et ses lois.   

     Pourtant, il arrive qu’il y ait entre les scientifiques des divergences d’opinion sur tel ou tel sujet. Pour la science, une minorité ou une majorité ne peut décider parce que la  science est faite de règles et de lois. Le savant est une personne qui connaît ces règles et ces lois, mais ce n’est pas lui qui décide.

     L’homme est le seul être qui n’a pas besoin d’une personne ou de plusieurs personnes (chefs, patrons…) qui décident pour lui. Par contre, c’est la logique ou les méthodes scientifiques (dialectique) qui « décide ». 

     L’homme a découvert la science, c’est elle qui le libérera. Il s’empare des connaissances scientifiques qui résoudront ses problèmes. L’existence qu’il découvre en dehors de son cerveau est celle qui le sauvera. 

     La science a fortement besoin de liberté parce qu’elle est prisonnière d ‘ « ESTESMAR » (voir le chapitre).

     La science n’est pas une personne, elle ne se trompe jamais, ce sont des règles et des lois. Par contre l’homme se trompe, fait des erreurs ou oublie. 

     La méthode scientifique ou la pensée logique est :

          -  Accumulations répétées, historiques et logiques des phénomènes, de leurs règles, lois ou données.

          - Délibérations répétés, historiques et logiques des phénomènes.

          -Classification, rangement, ordres répétés, historique et logique des phénomènes.

          -Analyse, comparaison, observation, expérimentation, induction (suggestion) des phénomènes.

           -Utilisation des méthodes et styles de la recherche de chimie, physique, mathématiques, biologie et    

philosophique.                                                 

          -         Investigation et exposition.

     Il y a deux formes de classification des sciences :

          La classification des sciences en tant qu’existence, même si les êtres humains n’existent pas, peut s’appeler la science de la nature ou tout simplement la nature. Les vivants et les non vivants et tout ce qui s’ensuit, comme la philosophie, la chimie, la physique, les mathématiques et la biologie, ont chacun des branches et des relations.

          Chimie : sont les mélanges des matières qui donnent un ou des éléments différents. C’est à dire la transformation profonde et complète.  Si l’on veut trouver les mêmes éléments du départ on ne peut pas les trouver, mais on peut trouver leur structure.

          Physique : se sont les mélanges des éléments que l’on peut  séparer  pour obtenir les même éléments ou phénomènes.

          Biologie : constituée à la fois par tous les êtres vivants et par tous ceux qui sont mort. La société est aussi un être vivant dont les cellules (les individus) ont une relation dialectique entre elles. La biologie constitue  les animaux et leurs relations, les végétaux et leurs relations, l’homme et leurs relations.

          Chaque science a son histoire, qu’elle soit scientifique ou de connaissances scientifiques.

          On classifie les éléments ou phénomènes par leurs règles, lois et données générales. C’est à dire les règles, lois et données générales qui constituent un ou des phénomènes ou éléments appelés la dialectique. La classification des sciences se fait par les points généraux entre les éléments ou phénomènes. Les points généraux ne sont que les règles, lois et données générales qui sont communs entre les éléments ou phénomènes. 

          Cette classification se fait aussi à partir de la connaissance scientifique humaine. Les êtres humains classifient la science à sa façon pour pouvoir faciliter l’apprentissage et la compréhension.   

          Entre tous les êtres vivants, il n’y a que l’homme qui atteint  la connaissance scientifique. C’est à dire qu’il est capable de découvrir (faire attention) les règles, lois et données de la science ou bien de la nature ou en d’autres termes de l’existence.

          Dans le passé, la connaissance scientifique de l’homme était technique (sa polarité est l’artistique), mais maintenant la connaissance scientifique est devenue l’art et reste l’art.

          Les êtres humains pour qu’ils progressent davantage dans la connaissance scientifique et pour qu’ils aient plus de connaissances  sont obligés de classifier la science.

          La connaissance scientifique fait partie du droit inné. Elle peut aider, simplifier, permettre d’acquérir davantage et  le rendre plus agréable. Puisque l’homme comme tous les êtres vivants ne vit que pour ses droits innés.

     Certaines techniques peuvent devenir l’art :

          Comme la langue qui devient la littérature.

          Comme les jeux  deviennent sports, cinémas, théâtres et autres.

          Comme la musique devient musique scientifique ou classique.

          Comme l’enseignement  devient l’éducation.

          Comme dessin  devient la peinture.  

     La science est claire donc doit être écrite clairement.

     La science est précise donc doit être écrite précisément.

     La science est simple donc doit être écrite de façon simple et bien compréhensible. Une science dite compliquée ne sert à rien sauf à son auteur et dérange la nature.

     Dans la science, les mots et les phrases doivent avoir une signification propre, claire, parfaite et compréhensible.  

     N’importe quel élément ou phénomène ne peut pas être classé dans la science. Tous les phénomènes ou éléments utilisent et peuvent utiliser les règles, lois et données de la science. L’histoire ne peut pas être classée comme une science, puisqu’elle utilise les règles, lois et données de la science. Le droit, la politique, les arts (la musique, la peinture, théâtre, cinéma, sculpture…), les sports, l’éducation et littérature (dite langue) ne peuvent pas être classés dans la science, se sont des éléments ou des phénomènes qui utilisent les règles, lois et données. D’ailleurs les métaphysiques utilisent juste quelques règles, lois et données et ils ne sont donc pas compréhensifs pour la science bien entendu. Il y a deux éléments distincts: la science qui est l’essence des phénomènes, et les éléments qui ne font pas partie de la classification des sciences mais qui utilisent les règles, lois et données de la science qui sont des phénomènes (voir chapitre les polarités : Essence – Phénomène). 

     Dans la nature ou plutôt l’existence, aucun élément n’apparaît que par un phénomène ou par un élément. Il y a toujours des phénomènes ou des éléments, c’est à dire des règles, lois et données dont la dialectique  fait apparaître un ou des phénomènes.

     L’inexistence dans la science n’a rien avoir avec l’inexistence dans les métaphysiques, donc cerveaux humains. Le métaphysique ou l’idéalisme n’existe que dans les cerveaux humains et n’est donc pas  compréhensif pour la nature. La science n’est que des règles, lois et données. L’inexistence (c’est à dire ce qui est abstrait) est un élément d’existence (voir le chapitre suivant). L’absolu dans la nature ou la science n’a rien à voir avec l’absolu dans les métaphysiques. Les termes utilisés dans les métaphysiques ou l’idéalisme ne sont pas compréhensifs pour la science. Tout ce qui suinte des cerveaux humains et qui n’ont pas de règles, lois et donnés ne sont pas compréhensifs pour la science. L’absolu dans la science, ça veut dire qu’il ne connaît ni temps,  ni espace.

     La dialectique est l’ensemble des règles, lois, données et méthodes qui créent un ou plusieurs phénomènes et des relations entres ces derniers. La dialectique c’est la philosophie. La philosophie c’est la science,  la logique et  la réalité en dehors du cerveau humain et ceci est unique. La logique sans dialectique n’a pas de signification. La logique c’est la connaissance et bien sur la connaissance scientifique. La nature c’est l’existence (l’inexistence est à l’intérieur de l’existence) et celle-ci est la science. La connaissance c’est le reflet de la réalité (les règles, lois et données) dans le cerveau humain. Chaque phénomène se fait par des règles, lois et données et non pas par une seule règle, loi et donnée. Aucun phénomène sans les autres  ne peut  exister. Il faut absolument une relation dialectique entre les phénomènes.              

     Les phénomènes qui ont leurs règles, lois et données et qui fonctionnent sans existence humaine ou humanoïde sont la science. Par contre les phénomènes que l’homme leur donne, les règles, lois et données, pour pouvoir les utiliser ne sont que l’art, même s’il utilise la science : comme sport, musique, dessin littérature, danse et cetera.


                         Vive l'Entraide, la Solidarité, la Cooperation
                                 Vive la Commune 
                                                         mehdi.shohrati@manifesteducommunisme.com