Mehdi SHOHRATI                                                                MANIFESTE 
                                                                                                                  
           Quand la Science prend position!                         COMMUNISME                                      Philosophie Scientifique
                     ACCUEIL      Les Infos Journalière  L'Hommage  En Persant       
   Sommaire
 
   Quel est le but?
   A propos du site
       Manifeste
           du
    Communisme
   La Dialectique
   La Science
   La Philosophie
  La Démocratie et les communistes
   La Démocratie
           ?

    M.C et M.P.C
           APE
 Fitichisme de Marchan..
      La Solidarité
   Crise Quelle Charme
 

                                       LE MARIAGE

 

     Comme on l’a dit, la relation sexuelle de l’être humain fait partie de son droit inné et sans cela on ne peut pas parler de l’existence humaine. Chaque être ou organisme vivant (sauf certain) pour assurer sa descendance fait l’amour. Cette relation dans chaque organisme vivant est différente. La relation sexuelle est la vie ou l’existence d’un organisme vivant qui a sa propre règle, loi et donnée et n’en  accepte aucune autre, que cela soit par les exploiteurs, les gouvernements ou les métaphysiques. Le système biologique de l’homme est fait pour la femme et celle de la femme pour l’homme et pas autre chose. Les êtres humains pour avoir une descendance à cause de son système biologique sont obligés de faire l’amour plus souvent ou d’avoir des relations sexuelles plus souvent. Cette envie de faire l’amour plus souvent n’est pas du tout volontaire, bien entendu, mais strictement biologique qui est en dehors de la volonté du cerveau humain. Il est entraîné par un ensemble d’éléments dialectiques ou biologiques qui fonctionne automatiquement, de la même façon que pour l’ensemble de droit inné. Par exemple, une série des éléments dialectiques  commande l’envie de manger, boire, respirer et cetera, comme celle (les règles, lois et données) qui impose aux poissons pour l’eau. En réalité la relation sexuelle de l’homme est comme la dépendance du poisson pour l’eau ou du ventre pour manger ou de l’envie de dormir et cetera. Donc les êtres humains doivent faire l’amour sinon ils ne sont pas normaux c’est à dire que tous ces éléments biologiques fonctionnent historiquement et logiquement.

     La relation sexuelle elle-même est différente entre les êtres humains, femmes ou hommes. Chez certains (es) elle est plus active que chez les autres, de la même façon que le corps humain a besoin de plus de nourriture à certains moments et à d’autres non, puisque c’est  les règles, lois et données biologiques qui décident. Le temps, l’espace, l’air, l’eau, les nourritures, l’environnement et la relation sociale agissent sur le droit inné. Il faut savoir que la diversification est un élément de droit inné de l’homme. Il joue un rôle très important dans l’évolution et la mutation (voir les polarités) du droit inné. Par exemple l’homme ne peut consommer qu’une sorte de nourriture pendant un certain temps sinon cela crée des troubles physiques et moraux. Pour avoir une meilleure santé il faut diversifier les éléments de droit inné, en consommant suffisamment de nourriture mais pas trop, ce qui est dangereux pour la santé, mais c’est toujours le système biologique qui décide. En d’autre terme, c’est la dialectique du corps humain qui impose la diversification et ses quantités. La relation sexuelle a la même caractéristique ou situation. La diversification de l’amour ou de faire l’amour joue un rôle important mais aide aussi plus facilement à la croissance et au développement, à son évolution, sa mutation et aussi à la connaissance humaine. Elle augmente les rapprochements entre les êtres humains et donc la dépendance. La diversification de l’amour n’est pas quelque chose qui sort du cerveau humain mais c’est un élément biologique. Dans la nature, la diversité de l’amour c’est aussi lorsque l’un n’assure pas la descendance l’autre prendra la relève, cela fonctionne de manière automatique,  chez la femme et chez l’homme. S’il y a une erreur naturelle, c'est-à-dire une malformation, l’autre pourra assurer pleinement. La dialectique du corps humain impose cette envie. La diversité, bien entendu, c’est que l’on ne doit pas être forcé  d’être avec un ou une seule partenaire. Chaque homme ou femme est différent même dans la sexualité.

     Toute la beauté et l’amour de la vie sont dans la relation sexuelle. Elle nest ni sale ni mauvaise, au contraire elle est l’existence, la joie, reposante, tranquillisante, jolie, bonne, heureuse et bien entendu très importante et donne même la vie.

     Dominant ou dominé n’a pas de sens dans la relation sexuelle. Ils font partie de la polarité de la philosophie.

     Il faut respecter la relation sexuelle comme la nourriture ou la santé, les hommes et les femmes, et comme le droit inné. Mais dans la société d’ESTESMAR on veut dominer sur le droit inné de l’homme, même des animaux et des plantes. On veut gouverner sur le droit inné mais ils ne le peuvent pas.

     Dans la société d’ESTESMAR, tout ou n’importe quoi est marchandise. Les femmes, les hommes, leur sexe, leurs amours et leurs amitiés sont des marchandises… Mais les femmes à cause de certains éléments naturels (la force physique) et sociaux (dont l’ESTESMAR) sont une marchandise plus précise donc plus exploitée. Dans cette société les êtres humains ne sont pas assez libres de faire l’amour sans force, ni pression, ni imposition, ni inquisition et même elle (la société d’ESTESMAR) empêche que cela soit varié ou diversifié entre les hommes et les femmes.

     La société d’ESTESMAR à cause « des traditions » et à cause des exploiteurs, des gouvernements et des religions (métaphysiques) impose à une femme d’être dépendante d’un homme qui doit l’acheter. Avoir un seul esclave est apparu vers le début de notre ère. Dans certains endroits plusieurs femmes pour un homme ou l’inverse. Dans la société d’ESTESMAR, l’homme se considère comme le dieu devant leurs prosternés et les femmes sont des esclaves, si elles bougent on les condamne même à mort. Elles n’ont aucune liberté même dans la cuisine. On ne les a pas considéré comme des êtres humains jusqu’au milieu du vingtième siècle. Pour les riches, elles n’avaient même pas le droit de vote et dans certains endroits de participer au gouvernement. Elles n’ont toujours pas le même salaire et travail que les hommes. L’achat et la vente des femmes dans le passé étaient plus ouverts et légaux, puis ils ont pris une forme dite traditionnelle qu’on appelle le mariage et plus de la métaphysique. Le mariage sans l’argent, la propriété et l’échange est impossible, il n’existe pas et on ne le nomme pas mariage, il n’est pas compréhensif et n’a pas de sens. Dans la nature  n’existe que la relation sexuelle. Le mariage existe lorsque le gouvernement (élément d’ESTESMAR) l’établit et donne la permission. Bien entendu les gouvernements et les métaphysiques ont passé des tas de règlements, lois, arrêts et traités pour la relation sexuelle sans imaginer que celle-ci a sa propre règle, loi et donnée, qui fonctionne automatiquement sans la volonté humaine. Mais les êtres humains, à cause de cette maladie de société (l’ESTESMAR), veulent dominer, diriger et gouverner le droit inné ou la nature à leur façon. Mais ils doivent savoir que le corps humain est un organisme bien indépendant qui a des règles, lois et données ou dialectiques et que les humains n’existent que pour eux. Un élément ou phénomène qui a des règles, lois et données n’accepte aucun autre et on ne peut pas l’imposer. Le rapport du poisson à l’eau ne peut pas être dépendant à l’argent, la propriété et l’échange, à des sentiments, des traditions ou « cultures » et des métaphysiques (les religions, sectes et idéalisme) ou d’autres idées qui sortent du cerveau humain.

     Il faut préciser que, puisqu’il n’y a pas une bonne relation entre les êtres humains et qu’il y a un éloignement entre eux à cause d’ESTESMAR dans certains cas, des personnes du même sexe font l’amour entre eux. Dans la nature il n’y a que faire l’amour entre sexes opposés sauf dans certains cas dits maladies.  Faire l’amour a une relation étroite avec la descendance. Donc la relation sexuelle entre le même sexe ne s’appelle pas faire l’amour mais est utilisé en ce terme. L’organisme du corps humain a crée un environnement adapté pour faire l’amour et quelque chose d’autre n’est qu’une maladie (voir la maladie) ou malformation physique.

     La société d’ESTESMAR impose aux hommes d’avoir une relation sexuelle avec un autre homme et de même pour la femme. Il a crée une atmosphère qui éloigne les êtres humains entre eux de telle manière qu’il arrive même à certains de faire l’amour  avec des animaux. Les êtres humains s’éloignent de plus en plus. Il faut savoir une fois pour toutes que le sexe de l’homme est fait pour le sexe de la femme et vice versa. Par exemple l’anus de l’être humain n’a jamais été conçu pour que quelque chose rentre dedans. L’homosexualité n’existe que chez les êtres humains puisqu’ils forcent à mettre quelque chose dedans. Ce que les autres animaux sont incapables de faire. C’est très dangereux de mettre quelque chose dans l’anus, puisque les muscles de l’anus ne supportent pas certaine pression.

     Il faut savoir que tous les éléments ou membres du corps humains ont une période historique et logique (voir la polarité) et quelque chose en dehors de ce processus ou qui empêche celui-ci n’est qu’une maladie. Par exemple les oreilles ne sont pas faites pour mettre quelque chose à l’intérieur ou y pendre quelque chose, sinon on empêche son processus historique et logique. Chaque cellule de l’être humain a le droit de vivre tel qu’il est précisé par la nature (les règles, lois et données), sinon on l’appelle la maladie.

     Le corps humain est indépendant et dialectique et a ses propres règles, lois et données. Ce sont des choses qui sont en dehors de la volonté, des sentiments, d’idée ou d’imagination de l’homme. Le corps humain est une machine assez compliquée et il fonctionne de manière dialectique. On ne peut pas lui donner, faire ou passer des lois, règles ou droits puisqu’il en a déjà assez, il n’a pas besoin d’en avoir d’autres. On ne peut pas lui imposer tous ceux qui suintent du cerveau des exploiteurs, des gouverneurs et des métaphysiques ou des idéalistes.

     Dans la société d’ESTESMAR, il faut payer pour la relation sexuelle ou on la vend et on paye les impôts et les assurances.  Pour l’amour il faut payer, payer pour l’amitié et il faut payer pour aimer.

     Les femmes et les hommes ne sont pas libres et n’ont pas le droit de décider, ils ne sont que des marchandises. Ceux qui payent, leur travail est considéré comme légal par les lois d’ESTESMAR (les exploiteurs, les gouvernements, et les métaphysiques).

     C’est dans la société d’ESTESMAR qu’on impose aux êtres humains de ne pas avoir le droit de décision pour leurs sexes et les autres éléments de droits innés. C’est l’argent qui décide.

Il faut savoir qu’à certains moments un homme ne peut pas satisfaire une femme et vice versa, c’est la raison pour laquelle les êtres humains ont besoin de varier dans leur relation sexuelle.

     Il faut savoir que les humains avaient, et ont toujours des pratiques anti-naturelles contre le sexe, qu’ils soient hommes ou femmes. Ils voulaient et veulent toujours dominer le droit inné sans imaginer que personne n’est capable de le faire. C’est parce que pour la nature la domination n’a pas de sens, elle a ses propres règles, lois et données. La dépendance de l’homme aux femmes et de la femme aux hommes est une dépendance naturelle, biologique et dialectique et qui fait partie du droit inné.

     Chaque organisme vivant et surtout les êtres humains ont deux aspects de polarité de droit inné, comme les relations sexuelles : dans la  première étape, il y a un manque ou pas de satisfaction et dans la deuxième, c’est la satisfaction où l’on peut dire qu’on est rassasié (assez mangé, assez faire l’amour, assez reposé, assez joué…). Ces deux étapes dépendent d’un ensemble de conditions, physique, biologique, morale, connaissance et sociale pour que l’une soit positive et l’autre négative, et toutes dépendent d’une série de lois dialectiques.

     En réalité les femmes et les hommes avec la connaissance et  le besoin biologique doivent faire l’amour de façon libre, s’attirent,  se respectent sans aucune accrochage et ni aucune domination. C’est impossible de passer des lois sur les lois naturelles, dialectiques et logiques.

 

 

                         Vive l'Entraide, la Solidarité, la Cooperation
                                 Vive la Commune 
                                                         mehdi.shohrati@manifesteducommunisme.com